Choisir une offre de complément de retraite pour agent hospitalier

La souscription à un régime d’épargne-retraite est un excellent moyen de préparer l’avenir en accumulant des revenus supplémentaires pour les futures retraites de votre carrière. Encore faut-il trouver un PER qui soit flexible, qui ait des avantages et qui s’adapte au budget de chacun. La retraite complémentaire du personnel hospitalier est la meilleure solution pour le personnel hospitalier public.

Pourquoi doit-on souscrire un complément de retraite ?

Les régimes de retraite obligatoires et complémentaires ne suffisent pas toujours à assurer une retraite décente. Pour augmenter le montant de votre retraite, vous pouvez également souscrire à une épargne facultative, appelée retraite. Les retraites complémentaires constituent le deuxième pilier de la retraite obligatoire en France. Elles s’ajoutent à la pension de base. Le second type de retraite est géré par des caisses de retraite dites « complémentaires », propres à chaque régime. Le Régime de Retraite Complémentaire est un régime à points. Le nombre de points acquis et leur valeur (fixée par le régime) détermineront le montant de la retraite complémentaire. En France, quand un senior va prendre sa retraite, plusieurs niveaux de protection sociale coexistent :

  • Attribution de la pension de base gérée
  • Pension complémentaire qui est administrée par répartition
  • Retraite complémentaire gérée par capitalisation
  • Retraite complémentaire (fonction publique)

Les assurés reçoivent des points de retraite complémentaire par le biais de cotisations de retraite déduites de leurs revenus. Les régimes de retraite complémentaire réévaluent annuellement la valeur des points de retraite complémentaire. Le taux de pension va dépendre du nombre de trimestres que l’assuré a bénéficié. C’est le taux auquel les réductions éventuelles sont appliquées aux carrières inachevées. Dans la plupart des régimes complémentaires, le taux est dit « plein » lorsque la carrière de l’assuré est terminée. Le taux plein est fréquemment de 100 %. Pour plus d’informations, consultez ce site.

La Complémentaire Retraite des agents hospitaliers

La Retraite Supplémentaire du Personnel Hospitalier a été créée pour permettre à tous les personnels hospitaliers et à leurs conjoints de bénéficier d’un complément de revenu au moment de leur retraite. Dès votre adhésion à la CRH, le capital décès est inclus dans votre Plan d’Epargne Retraite (PER) et s’applique automatiquement si vous décédez avant l’âge de la retraite. Il permet à vos bénéficiaires désignés de percevoir des prestations en capital. Cela correspond au moins au montant du don qui a été versé. Il ne vous reste plus qu’à choisir avec qui vous voulez être lors de votre souscription à la CRH : votre conjoint, vos enfants, vos amis proches, les membres de votre famille … vraiment qui vous voulez.

De plus, le bénéficiaire peut également être modifié à tout moment et gratuitement. Ainsi, le CRH (Complémentaire retraite des hospitaliers) est un plan d’épargne retraite capitalisé facultatif géré par l’établissement public hospitalier Conseil d’Action Sociale (CGOS). Le CGOS regroupe 2 500 hôpitaux. Seuls les salariés qui travaillent dans ces hôpitaux et leurs conjoints, partenaires ou concubins peuvent adhérer à la CRH.

Qui peut s’adhérer au complémentaire retraite des agents hospitaliers ?

Des cotisations de retraite des hospitaliers peuvent être versées aux personnels hospitaliers (viagers et contractuels) et aux praticiens hospitaliers publics en activité âgés de moins de 65 ans et dont l’établissement est adhérent CGOS ; le conjoint, partenaire pacsé ou concubin de l’adhérent, même s’ils ne sont pas du personnel hospitalier, et moins de 65 ans. La CRH est souscrite par les affiliés désireux de se prémunir contre l’effondrement des grands régimes de retraite, est suffisamment taxée pour bénéficier pleinement des déductions fiscales sur les cotisations, et elle n’est pas souscrite par le système de rente (qui mise sur la longévité dans l’espoir d’un retour sur investissement). Les cotisations sont plafonnées à 5,5 % du salaire de base indexé du personnel hospitalier.

Il est à noter également qu’il est possible de passer à un niveau de contribution inférieur ou supérieur à tout moment sans pénalité ni frais. Les membres peuvent suspendre et reprendre leurs paiements à tout moment, en conservant tous les points précédemment gagnés sans pénalité ni frais. Si l’adhérent au CRH a quitté sa fonction hospitalière, il peut toujours continuer à verser de la cotisation en cas de nouvelle situation : disponibilité, cessation d’activité, démission, mutation.

Quelle est la fiscalité pour l’adhésion au complémentaire retraite de personnel hospitalier ?

Les cotisations qui sont versées annuellement au régime CGOS – CRH sont relativement déductibles du revenu imposable. À la sortie du régime, en contrepartie, la rente versée va constituer un certain revenu imposable. Les cotisations versées par l’adhérent au titre de la CRH sont alors déductibles du revenu imposable dans la limite de 10 % du revenu professionnel net (après déduction de 10 % d’honoraires professionnels).

De tels plafonds de déduction sont courants dans divers régimes de retraite complémentaire (voir note ci-contre). Si les cotisations d’épargne retraite qui sont versées sur une année sont, en effet, inférieures au plafond de déduction, la différence peut être reportée sur l’une des 3 années suivantes. Les rentes viagères du complément de retraite sont soumises à l’impôt sur le revenu, après un abattement de 10 %, et sont les mêmes prestations de retraite et de retraite prévues par l’assurance retraite ou les régimes de retraite des agents hospitaliers.